pieds nus sous les rhododenblogs
en quête de sagesse, de sourires et de visions...


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

La carte des lieux visités









Rubriques

Bon appétit
Mes amis
Retraite meditative

Menu


Newsletter

Saisissez votre adresse email

Holy Places

 

Nous voici donc en route pour Pushkar, un très bon jour pour moi car pour la journée de la femme les bus sont à demi tarif !!! On croisera d'autres bus bondés de nanas en direction de Jaipur pour une journée de festivités, enfin une journée de répit quoi !!!

Un peu plus en avant dans le Rajasthan...les plaines arides, la végétation se raréfie, des monts à l’horizon...

 

C’est Pushkar, niché entre 4 collines entourant un lac sacré; la ville blanche à tout d’une station à touristes, mais pas n’importe lesquels, les babos !!! car cette ville nonchalante amène à la farniente, à la balade, au sieste dans les tapis de coussins des restos…ah ca vous fait envie ? Venez donc vous y poser et prendre un bain rituel à 6h du matin !!!

 

Peut-etre préférez vous les soirees de chants dévotionnels ou comme Remi vous perdrez votre voix...Je me retrouve entourée d’une floppée de gamines (normal vu que l’on est séparé des hommes) qui me jette des fleurs et veulent tout savoir sur ma vie !

Nous sommes tous autour des musiciens, du rouge sur le visage, des cahiers de chants sur les genoux et l’arbre recouvert de bracelets a souhaits…

 

La vache !

 

 

Pushkar, c’est aussi LA ville dédiée a Brahma d’ou une affluence de  babas et de temples. De shilom, cette pipe servant a fumer…et de vendeurs d’offrandes.

Tout autour du lac, une multitude de temples ou par une apres-midi sans air, on restera a écouter deux musiciens, et ce brahmane qui nous lachera littéralement une purshad dans les mains de peur de nous toucher…

Cette étrange sensation dans cette petite piece au temple principal, un gros bonhomme assis dans un coin dont il est difficile de se séparer.

 

Ici, on vivra au sein de la famille qui tient cette guest house (Milkman), tu sors de la chambre et hop, tu es dans la salle a manger, génial  !!! je suis quand meme peinée d'entendre la famille me dire que je suis sympathique parce que je passe du temps avec eux et pas devant la télé a l'étage comme le font les autres etrangers…et oui la télé pourrie aussi bien nos contrées que les leurs.

 

On préfere se balader dans les rues, apercevoir des mariés a cheval, recouvert de brocart scintillant et entourés de saris aux mille couleurs, faites gaffe quand meme aux feux d’artifice explosant au milieu des fils électriques de la ville!!!

 

Deux histoires inattendue a a Pushkar, la premiere serait que les cendres de Gandhi serait dans ce fameux lac…et l’autre je retrouve ma famille a Pushkar !!! enfin leur nom AMAR, amar barbier, amar restaurateur,amar partout, amar veut dire everlast, eternel….

Une des enseignes AMAR (avec flash)


Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 05:21, le 9/03/2008, Pushkar
Mots clefs :

LA journée de LA femme

 

 8 MARS, la journée de la femme…

Que dois je dire ce jour là ? Faut il faire des commentaires ce jour là ?

Je pourrai penser à l'inégalité des salaires persistants en France, et les 500 000 infanticides féminins chaque année en Inde, mais non je vais vous présenter Durga et Shobba, mes 2 femmes indiennes.

 

Ca tombe bien que je vous parle de Durga, parce qu'on est sur la route de Pushkar là oū je l’ai rencontrée, à notre guest house, c’est la cadette de la famille, elle a mon âge, c’est ma copine !

Durga ne porte pas le saindoor, ce trait rouge sur la raie du milieu des cheveux (je détestais celle de mon adolescence !) qui indique que vous êtes mariés.

A 26 ans, vous allez me dire, elle n’est pas mariée ? Et ben non, à 26 ans, elle est pas mariée…la première intriguée, on commence à causer et elle a parlé moins fort car les murs ont des oreilles, et les miennes seront grandes ouvertes pour t’écouter Durga, me dire que tu as de la chance car tes parents ne sont pas pressants avec ton mariage, tu as même eu la chance de rencontrer 15 prétendants, et d'en choisir un.

Mais depuis quelque temps est arrivé un cuisinier à ta guest house, gentil et de la même caste que toi alors….alors tu espères que tes parents accepteront de vous marier. J’en frissonne en machouillant mes chewing gum au tamarin !!! Du vrai bollywood !

Bien sur toutes les histoires ne sont pas aussi drôle, car ta soeur ainée n’a pas eu ta chance, mariée jeune (trop jeune ?) avec un alcoolo boxeur, aucune personne de ta famille ne levera le petit doigt pour t'aider…

Les parents du jeune garcon de 17 ans, qui aide à la guest house, lui ont trouvés sa future femme à l’âge de 3 ans…il l'aurait rencontré une fois… bien que ce ne soit pas vraiment autorisé avant leur cérémonie de mariage.

 

Aïe aïe aïe, mais passons à ma préférée Shobba, ma prof de Teratal a Udaipur.

Ton histoire est particulière aussi car quand tu annonces à ton mari que tu es enceinte, il veux te faire avorter…mais toi tu dis non et ta famille te soutient (bravo). Maintenant, tu ne porteras plus jamais le saindoor parce qu'un deuxième mariage n’est pas envisageable pour une femme ici. Et tu es bien contente !!! Et tu es belle quand tu souries en me racontant ton histoire, parce que tu es fière.

 

Ces jolies pieds de nez aux habitudes, aux consensus sociaux m’inspirent et j’espere qu‘il s’en produira des milliers d’autres  .


Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 04:26, le 8/03/2008, Pushkar
Mots clefs : femme